28/07/2004

SACHA DISTEL

Biographie de Sacha Distel

Né le 29 janvier 1933 à Paris, l’artiste était le neveu de Ray Ventura, chef d’orchestre et compositeur, qui connut la célébrité dans l’entre-deux guerres.

L a rencontrant chez des amis / Je lui dis: Mademoiselle / Que faites-vous donc dans la vie? / Eh bien répondit-elle: / Je vends des pommes, des poires, Et des scoubidoubi-ou ah...» Typique de la veine fantaisiste qui sévit, depuis les origines, dans la chanson, «Scoubidou» a fait la fortune de son interprète, Sacha Distel.

Et son infortune musicale? «J'ai commencé à 14-15 ans, sous l'influence d'Henri Salvador, qui jouait alors dans l'orchestre de mon oncle, Ray Ventura. Déjà, je voulais être chanteur», aimait à déclarer celui qui vient de disparaître, à 71 ans dans sa propriété du Rayol-Canadel-sur-Mer, dans le Var, des suites d'un cancer contre lequel il a gagné quelques batailles, mais bien perdu la guerre.


OLIVIER PIRARD
Sacha Distel est décédé jeudi dans le sud de la France, a-t-on appris auprès de l’agence Charley Marouani.

L’artiste avait 71 ans. "Il avait déjà gagné quelques batailles contre la maladie. Elle a gagné la guerre", pouvait-on lire jeudi soir sur le site internet du musicien. Sacha Distel "sera inhumé suivant son désir dans la plus stricte intimité".



10:33 Écrit par STAR | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/07/2004

LES OVNIS

60 ans de manipulation psychologique

 

La Science a longtemps considéré comme un tabou le sujet des ovnis car celui-ci a régulièrement été tourné en dérision par les médias. On peut pourtant se demander si quelqu’un n’a pas volontairement cherché à dissuader les scientifiques de se pencher sur ce sujet.

Le phénomène OVNI étant extrêmement complexe et diversifié, on a peine à lui trouver une explication globale sans qu’immédiatement on pense à un contre-exemple qui vient invalider celle-ci. Ce livre se propose donc en premier lieu de présenter l’ensemble des causes qui concourent à l’existence du phénomène OVNI. Certaines de ces causes sont connues : phénomènes naturels, méprise humaine, escroquerie… D’autres le sont moins : phénomènes " paranormaux "… Enfin, une cause reste encore largement insoupçonnée : l’armée s’emploierait activement à nourrir la croyance aux extraterrestres, et les meilleurs cas de " rencontres rapprochées " lui seraient imputables.

Il existe en effet une corrélation entre le mouvement de la lune et du soleil et les apparitions d’ovnis. Cette corrélation pourrait s’expliquer par l’usage que ferait l’armée de l’éclairage de la lune et du soleil pour dissimuler la source d’une projection lumineuse visant à simuler un ovni. Des milliers d’observations d’ovnis inexpliquées à ce jour pourraient ainsi être attribuées aux services secrets militaires, y compris les fameuses " Rencontres du 4ème type " ou " enlèvements extraterrestres " qui seraient des hallucinations provoquées artificiellement chez les témoins par les manipulateurs. C’est ce que tente de démontrer cet ouvrage avec toute la rigueur scientifique nécessaire. Plus de 300 cas français pour la plupart ont été analysés, dont une vingtaine en détail. Les causes de l’accident du vol TWA 800 qui fit 230 victimes en 1996 au large de New York sont réexaminées à cette occasion.

Dans la dernière partie de ce livre, l’auteur répond aux objections à l’" hypothèse militaire " et montre que cette guerre psychologique était peut-être déjà à l’œuvre lors des apparitions de Fatima en 1917. Mais les services secrets des grandes puissances agissent-ils au nom de la raison d’État ou sont-ils infiltrés par un groupe occulte ?


18:07 Écrit par STAR | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/07/2004

FREDRIC FRANCOIS


  • FREDERIC FRANCOIS  SA VIE, SON PARCOURS! 
    Extrait biographie ..de sa plume..

    Cette gare du bout du monde est l’ultime station d’un itinéraire qui nous a amenés, nous les émigrants siciliens du petit village de Lercara Friddi, jusqu’en Belgique.

    Nous sommes le 5 octobre 1951. J’ai 1 an et demi. Ma mère Nina me tient dans ses bras. Mon frère aîné Rosario est à côté de nous. Nous regardons tous les trois par la vitre ouverte. Mon père Peppino, qui travaille dans une mine de charbon depuis trois ans, nous attend sur le quai de la gare. Cette station, c’est les Guillemins, à Liège, au cœur noir du bassin houiller. C’est la première étape d’une vie qui m’apparaît encore aujourd’hui comme totalement inespérée. 


  • À droite, les corons, à gauche, les corons. Devant … les corons. Nous habitons une petite maison prêtée par la mine, en face du charbonnage situé à Tilleur, à 8 kilomètres de Liège. Nous n’aurions eu que le charbon et la fumée pour horizon s’il n’y avait pas eu mon père Peppino pour y apporter le soleil de sa voix. À la maison, il m’éblouit quand il se met à chanter, avec sa guitare, des chansons napolitaines. J’ai 10 ans quand, au Café Sicilien, où l’on applaudit son talent de chanteur et où il m’emmène, Peppino dit invariablement : "Mon fils ? il chante la Sicile mieux que moi !" Et il me place d'office sur une table pour chanter "O Sole Mio". Mon père, je lui dois tout : il m'a transmis ses dons vocaux et j'ai hérité de son goût pour les chansons d'amour.


  • À 12 ans, j'achète ma première guitare avec mon livret de Caisse d'épargne. À 13 ans, je fais partie de mon premier groupe, les Eperviers. À 15 ans, j'appartiens aux Tigres sauvages et, à 16 ans, mon père m'inscrit au Conservatoire de musique malgré ses maigres ressources et ses huit enfants ! La même année, je gagne le Microssillon d'argent, le concours de chant du Festival de Châtelet (Belgique). Ce premier prix me donne la chance d'enregistrer mon premier disque sous le nom de François Barra. En 1969 sort mon premier 45 tours sous le nom de Frédéric François, j'ai 19 ans.


  • Entre-temps, je me suis marié à Monique, avec laquelle j'ai affronté tous les obstacles, j'ai franchi le calme et les tempêtes, et j'ai connu aussi le meilleur de la vie en fondant une vraie famille, la source de mon équilibre : Gloria, l'aînée de mes enfants, est née l'année de mon premier grand succès "Je n'ai jamais aimé comme je t'aime". Vincent, en même temps que "Je voudrais dormir près de toi". Anthony alors que "Chicago" est numéro 1 au hit-parade. Et Victoria, ma petite dernière, a poussé son premier cri quand est sorti "Est-ce que tu es seule ce soir ?". Monique et mes quatre enfants veillent encore aujourd'hui à ce que je n'oublie jamais tout à fait Francesco Barracato, mon vrai nom, et que je ne me prenne jamais tout à fait non plus … pour Frédéric François !.


  • C'est pourtant ce nom qui brille en lettres lumineuses tous les deux ans au fronton de l'Olympia, la salle où tous les chanteurs se doivent d'obtenir la considération. J'y étais au mois de mars de l'an 2000, ce qui m'a aidé à passer en beauté, du mois je l'espère, le cap de mes 50 ans.

    Je chante l'amour, mais j'ai aussi besoin de me sentir aimé. Et il n'y a pas de meilleur baromètre pour mesurer l'affection des fans que les applaudissements. Que de salles visitées ! que de kilomètres parcourus ! Des millions de disques vendus ! Et toujours ce public au rendez-vous. Ce public fidèle depuis trente ans qui aura fait le Frédéric François d'aujourd'hui.



  • La mort de mon père et de ma mère, qui m'ont rendu inconsolable, ainsi que quelques rencontres essentielles, anonymes ou célèbres (le pape Jean-Paul II, la reine Fabiola de Belgique …), expliquent aussi naturellement ce que je suis devenu : un homme tout simplement, mais qui a acquis une manière nouvelle d'appréhender la vie.

    Il me semble que cette harmonie intérieure que je me suis efforcé d'acquérir peu à peu se propage par mes chansons et mes spectacles. C'est pourquoi, quand on me demande la recette de mon succès, j'ai à chaque fois envie de répondre que c'est peut-être dans cette direction qu'il faut chercher Pour moi c'est un grand artiste…Star
    rec sur  le site officiel à visiter.
    http://www.fredericfrancois.com/frameset.html

























15:10 Écrit par STAR | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

ADIEU SERGE R

Chanson française

Serge Reggiani s’est éteint

Le chanteur et comédien a succombé à un arrêt cardiaque à l’âge de 82 ans. C’est une figure marquante de la chanson et du cinéma français qui disparaît.

 

Serge Reggiani fait figure de " classique " de la chanson française, la chanson " à texte ". Immigré italien, comme Yves Montand, il est né en 1922 dans le nord de l’Italie avant de fuir le fascisme avec ses parents pour s’installer en Normandie alors qu’il a 8 ans.

A 15 ans, il se prend de passion pour le théâtre et suit les cours du conservatoire avant d’être repéré par le cinéma qui lui offrira de nombreux rôles dont celui de Manda, l’amant tragique de Simone Signoret dans Casque d’Or de Jacques Becker en 1952.

Théâtre, cinéma, chanson, peinture : les passions de Reggiani

La chanson viendra plus tard dans sa carrière. En 1965, le producteur Jacques Canetti le pousse à enregistrer un disque de chansons de Boris Vian. Le succès est immédiat. La chanteuse Barbara le conviera à monter sur scène en première partie de son tour de chant. Reggiani impose un style fait d’intensité dramatique.

La troisième carrière d’artiste de Serge Reggiani est moins connue du grand public. La passion de la peinture l’avait pris sur le tard et il avait exposé ses toiles pour la première fois en 1991.

Pour en savoir plus visitez le site www.rfimusique.com

Serge Reggiani, dans l'un de ses derniers récitals, sur la scène du Palais des Congrès à Paris le 14 mars 2003.

"Je ne peux pas faire autrement que de chanter et de peindre. Je ne sais pas le faire."

Serge Reggiani

Bleue Star visitez aussi http://www.bleustarmagazine.be.tf




15:01 Écrit par STAR | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/07/2004

La vie aprés la vie ?

Rubrique de l'étrange!

La vie après la vie

Un homme meurt, entend le constat du médecin, se voit sur son lit de mort, entouré de ses proches... Un bourdonnement retentit, et c'est la traversée d'un tunnel... jusqu'à un lieu de paix et de beauté. L'homme abandonnant son "ancien" corps marche vers un être de lumière. Soudain un mur ! Et c'est le retour à la vie terrestre…
L'extraordinaire expérience vécue par ceux qui ont accidentellement frôlé la mort ou qui ont connu une mort "clinique" de quelques minutes, de quelques heures parfois.
Sur le mystère de la "vie après la vie", les travaux de Raymond MOODY - Médecin et docteur en philosophie bouleversent les sciences humaines, la théologie et jusqu'à notre vie de tous les jours...

Il a recueilli pendant plus de vingt ans les témoignages de personnes qui ont eu une expérience de mort proche.

Ces travaux lui ont inspiré trois ouvrages, La vie après la vie, Lumières nouvelles sur la vie après la vie et La lumière de l'au-delà (également publiés aux Éditions J'ai lu).

La réalité de la survie après la mort devient maintenant un fait scientifique. L'humanité commence à entrer en communication avec l'au-delà. L'ouvrage de François Brune nous fournit tous les éléments de ce dossier encore objet de suspicion. Il fait le point sur les principales découvertes scientifiques les plus récentes : on enregistre les voix des morts sur bande magnétique. On capte les images vidéo de l'au-delà... Mais ce livre tente aussi d'offrir une véritable synthèse de la vie dans l'au-delà. Pour la première fois, un prêtre et un théologien, le père François Brune, prend réellement en considération l'ensemble des témoignages recueillis à ce jour lors de communications avec les morts. Ces témoignages et ces textes sont mis en relation avec les écrits mystiques des différentes traditions. La conclusion de cette enquête minutieuse est à la fois fantastique et merveilleuse : l'éternité, loin d'être une croyance dépassée, devient maintenant une vérité d'évidence. Un livre qui bouleverse les conceptions modernes, religieuses ou non, sur la mort.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------






19:22 Écrit par STAR | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/07/2004

LE TELEPHONE PLEURE TOUJOURS !

Claude FRANCOIS la Super Star

26 ans après sa disparition le téléphone pleure toujours !

Disparu subitement le 11 mars 78, Claude François est toujours aussi populaire. On se souvient de ses smokings avec strass et paillettes, de ses Brushings impeccables, de ses chorégraphies sautillantes, des Clodettes évidemment et d'Alexandrie Alexandra" bien sûr, chanson sur laquelle on danse encore, symbole kitsch d'une époque révolue.
La roue tourne enfin
quelques mois après, le premier grand succès de "Belles Belles Belles", adaptation en français d'une chanson des Everly Brothers.
Lancé par l'émission "Salut les Copains", Claude François démarre alors une véritable carrière de chanteur. Pris en main par un jeune impresario, Paul Lederman (futur agent de Coluche ou de Thierry Le Luron), voilà Claude François qui commence à marcher sur les plates-bandes de ses collègues. Il part en tournée en 1963 en première partie des Chaussettes Noires et peu à peu, ce jeune homme hyper-énergique s'impose sur scène jusqu'à leur ravir la vedette. Plusieurs titres vont se hisser durant cette année-là en haut des hit-parades dont "Marche tout droit" ou "Dis-lui". Le nombre d'admiratrices est en augmentation constante : son look de jeune homme de bonne famille, ses cheveux blonds laqués et ses paroles aseptisées sont autant d'atouts pour séduire un public féminin. En octobre, sort un autre tube, "Si j'avais un marteau", adaptation de "If I had a hammer" de Trini Lopez


Site Claude Francois
http://www.ifrance.com/jacquinot/Cloclo/Sommaire.htm


19:15 Écrit par STAR | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

BIOGRAPHIE DE MICKE BRANT

L'enfance de Mike BRANT

 

De son vrai nom Moshe Brand, Mike Brant est né le 2 février 1947, à Nicosie, dans l'île de Chypre, en pleine Méditerranée. Sa mère est une Polonaise brune du nom de Bronia Rosenberg. C'est l'une des rares rescapées du camp d'Auschwitz, de triste mémoire, où toute sa famille a été exterminée par les nazis allemands.

Un miracle de l'amour
A la fin de la Seconde Guerre mondiale, sa mère, Bronia, peut à peine tenir debout.
En 1945, quatre jours après la libération du camp par l'armée russe, elle arrive au centre d'accueil des déportés de Poking, perdu dans la campagne polonaise.
Un miracle se produit. Fichel Brand, un Russe d'une quarantaine d'années, ancien résistant du maquis, l'aide, un soir de distribution de soupe, à se relever. Elle a 23 ans, elle lui sourit, Cupidon frappe très fort, et voilà ces deux miraculés de l'enfer amoureux l'un de l'autre !
Bientôt, Bronia est tellement heureuse qu'elle se remet à chanter. C'est l'amour fou.

Il s'appellera Moshe Mikaêl Brand
Une semaine avant la fête des amoureux, en 1945, Bronia et Fichel Brand partent pour la France et le soleil de Marseille. De là, ils embarquent pour la Palestine dans l'un des
<<Bateau de l'Espoir>>. Le navire, prévu pour 40 passagers, contient 200 personnes qui rêvent toutes de la Terre promise.
Les Anglais, on le sait depuis le superbe film Exodus, empêchent alors tout débarquement en Terre promise. Les deux amoureux se retrouvent dans un centre d'accueil de l'île de Chypre, entre Nicosie et Limassol. C'est là, à l'hôpital de fortune du camp, que naît, le premier février 1947, un beau bébé de 4 kilos et demi, aux cheveux noirs et aux yeux bleus. Il s'appellera Moshe Mikaêl Brand.

L'enfant des kibboutz
La petite famille Brand débarque finalement, fin septembre 1947, à Haïfa, en Israël. De là, un vieux bus les emmène par une route poussiéreuse dans l'une de ces communautés agricoles d'une terre palestinienne qui n'est pas encore le nouvel Etat d'Israël, le kibboutz Gvat, en Galilée.
Fichel et Bronia y élèvent des poulets et travaillent la terre. Ce n'est pas très facile pour eux, mais le petit Moshe peut au moins gambader, se gaver de fruits et d'oeufs et découvrir la nature. Au bout d'un an et demi, ils retournent à Haïfa et s'installent au 9, rue Kibboutz-Galouiot. Fichel travaille cette fois à la mairie du port.

Un enfant muet !
Les cheveux de Moshe s'éclaircissent, le bébé est timide, mais attachant. Un petit frère, Zvi, vient rejoindre la famille.
Tout pourrait aller bien pour les Brand, malgré des conditions matérielles précaires. Le petit Moshe est un enfant vif et joueur, mais il ne marche qu'à l'âge de 19 mois et, drame, il ne se décide pas à parler. Il sait rire à l'occasion, un point, c'est tout ! C'est un enfant muet ! Les parents Brand emploient les grands moyens. Ils vendent une partie de leur mobilier et font le voyage jusqu'aux Etats-Unis. Le spécialiste consulté ne les rassurent pas mais un autre, en Israël, est catégorique : Moshe parlera un jour, mais quand, nul ne peut le dire, il faut être patient. Sa mère lui accroche une pancarte autour du cou :
<<Prière de le ramener, s'il se perd, à l'adresse suivante...>>.

Il parle !
Le petit Moshe dessine : c'est son seul moyen de communication !
Il prononce enfin, à 5 ans, son premier mot, kerach,
<<glace>>, pour réclamer un cornet de glace au marchand ambulant. Ses parents s'agenouillent pour remercier le Ciel ! Mike Brant parle enfin, c'est un miracle ! Dès lors, il n'arrête plus de gazouiller ! A 6 ans, il entre à l'école, découvre la lecture, il aide aux travaux ménagers de la maison et se prend d'une passion pour la pêche. C'est un contemplatif qui aime s'installer à la fenêtre du domicile familial pour observer silencieusement les allées et venues des oiseaux ou des chats. Mais il adore aussi faire le pitre devant ses copains de classe : <<A 6 ans, Mike avait un besoin vital de s'exprimer en public, comme pour rattraper ces quatre années qui l'avaient plongé dans le silence>>, a depuis expliqué son frère cadet Zvi.

Vedette ou clochard !
Ses parents ont bien compris qu'ils avaient affaire à un enfant original, surtout lorsque celui-ci leur dit un jour, brutalement :
<<Plus tard, je serai vedette... ou clochard ! >>
Moshe continue à égayer la table familiale, qui en a besoin, car elle est bien pauvre. La famille est gaie, unie, harmonieuse, mais l'ombre des camps pèse malgré tout, sans que les garçons Brand en aient conscience.
Finalement, Moshe est renvoyé de l'école, malgré son intérêt pour l'histoire et la lecture. C'est, pour lui, sans importance ; il a découvert depuis peu, à la synagogue du quartier, le chant, la musique et tout un monde merveilleux qui est désormais le sien. A 11 ans, Moshe est le seul garçon de la chorale de son école.

Au contact de la nature
Ses parents envoient Moshe poursuivre sa scolarité et travaillé dans le kibboutz Gesher, au grand air, dans la vallée verdoyante du Jourdain.
Il retrouve la nature, cueille les abricots, les semis de blé, trait les vaches, s'occupe de la basse-cour, tout en chantant, bien sûr, à pleine voix ! Moshe adore sa nouvelle vie. Il imite Buster Keaton, Laurel et Hardy et les grands du cinéma muet américain qu'il découvre au ciné-club. Son préféré est Charlot, Charlie Chaplin,

 

car il parvient à l'émouvoir jusqu'aux larmes. A ce propos, Michel Jourdan à écrit dans son livre plein de tendresse, consacré à Mike, un poème touchant : <<Avec des nostalgies venues depuis l'enfance, avec tous les non-dits qu'on étouffe en silence, on n'en finit jamais de tourner dans un film...>>. Moshe va suivre des cours d'art dramatique au Théâtre d'Haïfa. Il est, à la fois, l'élève le plus doué et le moins discipliné.

Venez reprendre votre clown !
Au bout de deux ans, Monsieur Fichel Brant reçoit un télégramme:
<<Venez reprendre votre clown !>>
Il va chercher son fils, devenu berger, qui retrouve son ancienne école Carméli d'Haïfa et ses orangers. Il y restera jusqu'en 1960, sans faire d'éclat. Au bout du compte, papa Fichel place son bon à rien de fils dans un centre d'apprentissage. Désormais, Moshe Brand va réparer les frigos ; c'est un travail sûr dans un pays où l'on a terriblement besoin de se rafraîchir.

Déjà angoissé...
Moshe reste, malgré tout, une personnalité renfermée et tendue. Il est même bientôt opéré, malgré son jeune âge, d'un ulcère de l'estomac, c'est dire s'il est angoissé !
Cela le privera du service militaire, si important socialement en Israël. Après son opération, il devient guide au musée de la Marine d'Haïfa. La famille Brand déménage au 10 de la rue Sarah.

Déjà chanteur...
Il décide d'arrêter de chanter à la chorale de la synagogue. Sa voix est si belle qu'on lui confie des airs d'opéra, ce qu'il n'aime pas vraiment.
Un soir de 1962, en rentrant chez lui, il croise dans l'escalier son frère Zvi ; celui-ci, un accordéon sous le bras, va répéter avec une bande de copains du Conservatoire de musique. Mais le petit groupe va mal, le duo piano-accordéon n'est pas bon, il manque une guitare et une voix. Zvi invite Moshe à en devenir le

chanteur-guitariste : <<Avec toi, je suis sûr que ça marchera>> Mike ne se fait pas prier......

suite en novembre Bleue Star





18:35 Écrit par STAR | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

PARANORMAL

PHENOMENE PARANORMAL !

De tous ces lieux mystérieux, le plus énigmatique est le continent perdu de l'Atlantide.

Le premier auteur qui ait parlé de l'Atlantide est le grand penseur grec Platon ,qui vécut de 428 à 348 av. J.-C., environ. À l'âge de soixante-treize ans, il composa deux dialogues, le Timée et le Critias, qui contiennent la plus ancienne description de l'Atlantide connue.

L'atlantide

Il a inspiré plus de deux mille livres, ainsi que d'innombrables articles et poèmes. On l'a situé dans les endroits les plus divers du globe: l'Atlantique, la Méditerranée, la chaîne de l'Atlas en Afrique du Nord, l'île de Bimini dans la mer des Caraïbes, l'île de Malte, Carthage dans le golfe de Tunis,

L'hypothétique culture des Atlantes aurait engendré nombre de civilisations connues: celle de la Grèce antique, des Mayas, des Incas et même de l'Égypte ancienne; on l'a également liée aux cultures avancées de deux autres continents prétendument disparus, Mu et Lémuria.

Il y a environ neuf mille ans, il existait un pays qui n'était autre qu'Athènes, mais une Athènes antérieure. Cet état se trouva menacé par un pays plus grand que l'Afrique du Nord et l'Asie mineure réunies, situé au-delà des colonnes d'Hercules (détroit de Gibraltar). Cette île-continent, d'une " immense et extraordinaire puissance ", était l'Atlantide.

Les Atlantes ambitionnaient de devenir les maîtres du monde entier. Mais, au cours d'une grande bataille, ils furent vaincus par les guerriers athéniens. Or, juste après cette glorieuse victoire, l'antique Athènes fut détruite par des tremblements de terre et des inondations dont la violence provoqua également l'engloutissement dans la mer du continent de l'Atlantide. Tout se passa en l'espace d'un jour et d'une nuit. L'Atlantide était une terre de plaines fécondes et d'immenses forêts, dotée d'une flore luxuriante et d'une faune variée, avec, en particulier, de grands troupeaux d'éléphants. Le sol recelait de riches filons d'or, d'argent et d'autres métaux. À l'extrémité sud du continent, les rois bâtirent une ville d'une magnificence à la mesure de l'extraordinaire puissance que leur valait une terre si fortunée. Cette cité, nommée elle aussi Atlantide, se composait de cercles concentriques de terre et de canaux. Au centre, fut édifié à Poséidon un temple fastueux. Dans les enceintes extérieures se trouvaient un hippodrome et des habitations populaires; dans les ports intérieurs se pressaient les navires de guerre.

L'Atlantide ne serait pas le seul continent perdu qu'on ait entendu parlé. Par exemple selon les légendes mayas, il aurait existé jadis un continent dans le pacifique qui s'appelait Mu, et qui aurait également été englouti par une éruption volcanique. Les survivants auraient alors fondé la civilisation Maya. Comme l'histoire de l'Atlantide, celle de la ville fortifiée de Troie et de sa destruction fut longtemps tenue pour un mythe. Les poèmes qui décrivent la cité, l'Iliade et l'Odyssée d'Homère, remontent très loin. Au XIXe siècle, Heinrich Schliemann, archéologue amateur, était convaincu qu'Homère avait dit la vérité au sujet de Troie. Il considéra que la ville turque de Hissarlik correspondait le mieux au décor de l'Iliade. Il débuta les fouilles en 1871 pour mettre à jour une ville enfouie. Dans les pierres noircies par le feu de l'une des couches, il reconnut la cité décrite jadis par Homère. Les archéologues confirmèrent par la suite que la ville retrouvée devait être bien Troie, mais totalement changée au cours des temps.

La ville de Troie montre bien qu'il existe probablement d'autres civilisation disparues dont on n'a pas encore trouvé de traces. Pour ce qui est de l'Atlantide, les seuls indices que nous possédons sont les écrits de Platon. Mais ces écrits ne sont peut-être que des fables. Nombreux sont des individus qui croient avoir trouvé l'endroit où se situait ce paradis perdu, mais aucune trace de civilisation ancienne correspondant aux atlantes n'a encore été trouvé.

MISTER X

 

L'occultisme,le surnaturel, la magie

Elle englobe toutes ces practiques qui prétennent conduire à l'appréhension de la réalité grâce à procédures de type magique ou surnaturel; déliées de la causalité physique et rattachées à l'analogie au sens pur. Ici, on peut trouver la Magie, proprement dite, la Sainterie, l'Astrologie, le Satanisme, les diverses mancies et la communication avec des esprits des morts, ou Spiritisme -dont certains proposent l'élaboration d'une catégorie à part-. L'occultisme ne se réfère pas à la grande et primitive Tradition dont René Guénon avait parlé, et ne cherche pas l'auto-réalisation.

La parapsychologie est une branche de la connaissance qui étude tous les phénomènes inexplicables par la science officielle, en utilisant la méthode scientifique -imparfaite mais utile-. Le domaine d'analyse de la parapsychologie touche deux grands sujets: les phénomènes psi-gamma, ayant caractère subjectif, et les phénomènes psi-kappa, ayant caractère objectif. Les phénomènes psi-gamma sont ceux qui ne inter-agissent pas avec l'environnement physique mais qui se produisent seulement dans l'esprit d'un individu: tels que la précognition, la télépathie, ou la clairvoyance, par exemple; tandis que les phénomènes psi-kappa exercent une transformation de l'environnement physique: par exemple, la psychokinésie, le poltergeist, les psychophonies ou la pratique des guérisseurs.

suite SEPTEMBRE  Bleue Star

http://www.bleustarmagazine.be.tf

 



18:29 Écrit par STAR | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/07/2004

THE KING !

Elvis Presley

LA LEGENDE DU ROCK & ROOL

"Avant Elvis, il n'y avait rien !".

Cet aveu d'un autre génie de la chanson, John Lennon, suffit à lui seul à replacer Elvis Presley dans le contexte intemporel de la légende du rock & roll.

The King, comme il est fort justement surnommé, a tout inventé: un style, une image, une certaine médiatisation de la musique populaire, jusque là cantonnée aux basses couches de la société.

S'appuyant sur les bases afro-américaines du blues, Presley a donné au rock ses lettres de noblesse avant de sombrer, meurtri, sous le poids de son œuvre.

Tupelo, Mississippi, 1935

Rien ne laissait présager un tel destin, lorsque le petit Elvis Aaron Presley voit le jour ce 8 janvier 1935, dans cette petite maison de bois. Et pourtant...

Des deux jumeaux qui devaient voir le jour, le second, Jesse Garon, ne survivra pas. Seul Elvis fera le bonheur de ses parents. Après une enfance heureuse quoique modeste, durant laquelle il fait l'apprentissage du chant à l'église de Tupelo, sa vie prend un tournant décisif le jour de ses onze ans.

Un étonnant cadeau d'anniversaire

Son grand-père, sans deviner que son geste révolutionnera le monde, lui offre alors sa première guitare. Sur cet instrument, l'adolescent fera ses premières gammes. En 1948, la famille Presley déménage à Memphis.

Après avoir obtenu son baccalauréat en 1953, Elvis enregistre un disque pour l'anniversaire de sa mère Gladys. Ce sera My Happiness gravé au Memphis Recording Service durant l'été 1953. Sans le savoir, ce coup d'essai est le déclencheur de son futur succès.

Remarqué par Sam Philipps, directeur des Studios Sun Records de Memphis, Elvis fait la rencontre de deux musiciens avec lesquels il s'enferme plusieurs jours en studio. De cette osmose naît That's All Right Mama en juillet 1954. Ce premier titre commercial fait un carton dans l'Amérique puritaine des années 50.

Avec ses dix-neuf ans et son physique de jeune premier, Elvis devient rapidement la coqueluche des jeunes filles. La rencontre avec le Colonel Parker -il sera son manager exclusif- fait office d'accélérateur. Dès 1955, chaque déplacement de Presley déclenche une émeute, et ce seulement après une poignée de 45 tours. La légende est née.

Un succès grandissant et démesuré

Chaque disque atteint des ventes records, savamment relayées par la télévision. Dès ses débuts, le chanteur a tout à gagner à développer son potentiel visuel: télévision, concerts et plus tard cinéma sont partie intégrante de son succès.

Censurés par certains, encensés par d'autres, son jeu de jambes provocateur, sa tenue, sa voix, son âge et sa musique font de lui un artiste à part, et aussi un extraordinaire produit commercial. Parker en prend conscience et oriente Presley très tôt vers une carrière cinématographique.

Son premier film, Love Me Tender, date de 1956. L'enjeu financier est énorme et repose sur un schéma simpliste: un scénario souvent naïf, mettant en valeur le physique et la voix d'Elvis, et de nombreuses chansons enregistrées pour l'occasion.

Cette astucieuse collaboration fera la fortune de l'artiste et de son manager, au rythme effréné de plusieurs films par an. Avec ses premiers cachets, le jeune homme s'offre la propriété de Graceland en 1957, sa demeure principale durant toute sa vie et aujourd'hui lieu de culte pour des millions de fans.

En Allemagne...

A 23 ans, trois événements majeurs ont une influence positive sur la popularité d'Elvis. Dans un premier temps, il est appelé sous les drapeaux, au Texas puis en Europe, plus exactement en Allemagne. Il bénéficie, à l'instar d'un Johnny quelques années plus tard, d'un formidable engouement. Prestige de l'uniforme !

Mais la même année, Gladys, sa mère, décède d'un arrêt cardiaque à l'âge de 46 ans. Coup dur pour le jeune chanteur qui vouait à sa mère un amour passionnel. Une mère absente que remplacera en partie désormais la jeune Priscilla Beaulieu, fille d'un Colonel, qu'Elvis rencontre en Allemagne en 1959 et qu'il épousera en 1967.

Pour l'heure, le retour à la vie civile du King est un véritable triomphe. Durant son absence, Parker a pris soin d'entretenir la légende en publiant de temps en temps quelques 45 tours enregistrés avant le service militaire de son poulain.

Procédé judicieux qui maintient au plus haut la popularité du chanteur: concerts et disques se succèdent rapidement. Dès 1961, Elvis retrouve le chemin des studios de cinéma: il participe à deux ou trois films par an ainsi qu'à l'écriture et à l'interprétation des bandes originales.

Si cette période reste fort lucrative, elle présente le fâcheux inconvénient d'éloigner le chanteur de la scène et de son public, et de creuser ainsi une brèche dans laquelle les Beatles s'infiltreront avec fracas.

Les Beatles, nouveaux rois du rock ?

Dès 1962 et leur premier tube Love Me Do, la bande à Lennon et Mc Cartney envahit le monde. Profitant de la période cinéma du King et s'appuyant sur un rock plus romantique et moderne, les Fab Four remplacent Elvis dans le coeur de nombreux fans.

Il faut attendre 1968 pour que ce denier reprenne sa place en haut de l'affiche. Après avoir épousé Priscilla qui lui donnera son unique enfant Lisa Marie en février 1969, Presley reprend la route de la scène et renoue ainsi avec un public impatient de le revoir chanter en chair et en os.

Dès lors, il enchaîne les concerts par dizaines et réunit des millions de spectateurs. Son concert de 1973 à Hawaii est retransmis devant un milliard de téléspectateurs ! Mais la même année, Elvis divorce et entame une lente descente aux enfers: séparation, tournées, alcool, drogues, médicaments, nourriture, ... le chanteur est victime de son succès et de son image.

Lors de ses derniers concerts en 1977, il est devenu l'ombre de lui-même, bouffi et enlaidi par les kilos. Le 16 août 1977, alors qu'il est âgé de 42 ans, son coeur cesse de battre dans sa propriété de Graceland.

Depuis cette année-là, la légende Elvis ne cesse de croître. Des millions de fans à travers le monde, autant de disques et de produits dérivés vendus chaque année qui assurent encore aujourd'hui à sa veuve et à sa fille plus de 35 millions de dollars de royalties !

Les hommages, compilations ou reprises pleuvent, jusqu'à des concerts retransmis sur écrans géants et rassemblant des milliers d'amateurs.

Roi incontesté du rock & roll, Elvis Presley a marqué de son empreinte singulière le monde de la musique. Influent, envoûtant, il est à l'origine de la vocation artistique de nombreux chanteurs de par le monde. Il reste à jamais un mythe.

BleueStar


http://www.elvis.com/ en direct





http://www.bleustarmagazine.be.tf

11:04 Écrit par STAR | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/07/2004

STAR MARYLIN MONROE

  • Marylin Monroe
  • Elle a dominé l'âge des stars de cinéma pour devenir, indiscutablement, la femme la plus célèbre du 20ème siècle.

    Elle était Norma née Jeane Mortenson le 01/06/ 1926 à Los Angeles, en Californie, à Baker de Gladys.


  • Car l'identité de son père est indéterminée, elle était plus tard Baker baptisé de Norma Jeane. Gladys avait été un coupeur de film aux studios de RKO, mais les problèmes psychologiques l'ont empêchée de garder le travail et elle a été par la suite engagée avec un établissement mental.

    Norma Jeane a dépensé la majeure partie de son enfance dans les maisons et les orphelinats adoptifs jusqu'en 1937, quand elle s'est déplacée dedans avec la grace McKee Goddard l'ami de la famille. Malheureusement, quand le mari de la grace a été transféré à la côte est en 1942, les couples ne pouvaient pas avoir les moyens de prendre Norma Jeane avec eux. Norma Jeane a eu deux options: revenez à l'orphelinat ou mariez-vous.

    19 juin 1942 elle a 21-ans jimmy voisin Dougherty, qu'elle avait connu pendant six mois. "elle était une fille douce, généreuse et religieuse dit jimmy. "elle a aimé être cuddled. Pour tous Norma Jeane a aimé jimmy, et ils étaient heureux ensemble jusqu'à ce qu'il ait joint les soldats de marine marchandes et qui ont été envoyés au Pacifique sud en 1944.


  • Redécouvrir Norma Jeane
    Soumis Par Barbara Haberman
    08-04-2004


 

  • Personne ne peuvent indiquer pour sûr pourquoi Marilyn Monroe a signifié tellement aux générations sans fin des personnes. Pourquoi, même aujourd'hui, son legs continue-t-il à se développer? En dépit de ses bons regards indéniables, beaucoup speculent que c'était vraiment son beauté interne qui a poli le plus lumineux. Tandis que Marilyn allait bien à une déesse blonde de domination à la différence de tout le monde avait vu, Norma Jean était encore évident dans le doux, chaton-comme les manières qui endeared complètement la tellement à beaucoup.

    Norma Jeane Mortenson a été soutenu juin 1, 1926 à Los Angeles, la Californie, à Baker de Gladys. Car l'identité de son père est indéterminée, elle était plus tard Baker baptisé de Norma Jeane. Gladys avait été un coupeur de film aux studios de RKO, mais les problèmes psychologiques l'ont empêchée de garder le travail et elle a été par la suite engagée avec un établissement mental.

    Norma Jeane a dépensé la majeure partie de son enfance dans les maisons et les orphanages adoptifs jusqu'en 1937, quand elle s'est déplacée dedans avec la grace McKee Goddard d'ami de famille. Grandissant, Norma Jeane a été décrit comme utile, aimable, doux et désireux à svp. Malheureusement, quand le mari de la grace a été transféré à la côte est en 1942, les couples ne pourraient pas avoir les moyens de prendre 16-year-old Norma Jeane avec eux. Elle a eu deux options: revenez à l'orphanage ou mariez-vous.

    Juin 19, 1942 elle wed son 21-year-old jimmy voisin Dougherty, qu'elle avait daté pendant six mois. "elle était une fille douce, généreuse et religieuse," jimmy dit. "elle a aimé être cuddled." Par tous les comptes Norma Jeane a aimé le jimmy, et ils étaient heureux ensemble jusqu'à ce qu'il ait joint les soldats de marine marchands et ont été envoyés au Pacifique du sud en 1944.

    L'déploiement de Jimmy?s était juste le commencement de grands changements de la vie de Norma Jeane?s. Elle plus tard a parlé au sujet d'un tournant dans la citation suivante de 1945.

    le?I est allé fonctionner à Radioplane Company. Ils ont eu quelques photographes prendre là les photos mobiles pour la formation d'armée. Un caporal d'armée avec la 1ère unité de film cinématographique m'a dit qu'il serait intéressé à obtenir quelques projectiles immobiles de moi, ainsi j'ai posé pour elle. Il a dit que je devrais entrer dans modeler?

    Peu a fait Norma Jeane savent que, une fois que le photographe la repèrait en 1944, sa vie a été liée à un cours qui entourerait les deux triomphes et tragédies extrêmes. Juste 10 années courtes ensuite que le moment, Norma Jeane irait bien à l'actrice populaire?Most de Hollywood?s? et la trouvaille elle-même a épousé le héros d'America?s dans les filets, baseball?s Joltin? Joe DiMaggio. Elle pourrait ne jamais avoir imaginé qu'elle trouverait le courage de prendre un studio puissant de film, combat pour les pièces qui correctement ont appartenu à elle et à la commande de victoire en arrière de sa carrière. Juste les mêmes, elle pourrait ne jamais avoir su que, en dépit de tous qu'elle a survécu pendant ce voyage de 18 ans, Norma Jeane et histoire de Marilyn?s finirait une nuit chaude et silencieuse en août 1962.
    Bleue Star













18:34 Écrit par STAR | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Articles de la semaine

Décès de Sacha Distel

Mis en ligne le 25/07/2004
- - - - - - - - - - -

Né le 29 janvier 1933 à Paris, l’artiste était le neveu de Ray Ventura, chef d’orchestre et compositeur, qui connut la célébrité dans l’entre-deux guerres.

L a rencontrant chez des amis / Je lui dis: Mademoiselle / Que faites-vous donc dans la vie? / Eh bien répondit-elle: / Je vends des pommes, des poires, Et des scoubidoubi-ou ah...» Typique de la veine fantaisiste qui sévit, depuis les origines, dans la chanson, «Scoubidou» a fait la fortune de son interprète, Sacha Distel.

Et son infortune musicale? «J'ai commencé à 14-15 ans, sous l'influence d'Henri Salvador, qui jouait alors dans l'orchestre de mon oncle, Ray Ventura. Déjà, je voulais être chanteur», aimait à déclarer celui qui vient de disparaître, à 71 ans dans sa propriété du Rayol-Canadel-sur-Mer, dans le Var, des suites d'un cancer contre lequel il a gagné quelques batailles, mais bien perdu la guerre.


OLIVIER PIRARD
Sacha Distel est décédé jeudi dans le sud de la France, a-t-on appris auprès de l’agence Charley Marouani.

L’artiste avait 71 ans. "Il avait déjà gagné quelques batailles contre la maladie. Elle a gagné la guerre", pouvait-on lire jeudi soir sur le site internet du musicien. Sacha Distel "sera inhumé suivant son désir dans la plus stricte intimité".

Né le 29 janvier 1933 à Paris, l’artiste était le neveu de Ray Ventura, chef d’orchestre et compositeur, qui connut la célébrité dans l’entre-deux guerres.

Au début de sa carrière, Sacha Distel s’est illustré par ses talents de guitariste qui lui ont valu d’être classé guitariste numéro un de la revue "Jazz Hot" et du référendum des critiques dans les années 50.


Il a aussi fait la Une des journaux lors de sa liaison avec Brigitte Bardot et a interprété nombre de succès populaires dont "Scoubidou", "La Belle vie", "Le soleil de ma vie" (en duo avec B.B) et "Toute la pluie tombe sur moi".



17:46 Écrit par STAR | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |